On a vu Kaamelott premier volet – Notre avis sur le film

Il était attendu depuis 12 ans, il arrive enfin sur notre écran, Kaamelott premier volet sort au cinéma ce mercredi 21 juillet 2021. J’ai eu l’occasion de le voir lors de l’une des nombreuses séance d’avant première hier soir et je vous livre mon avis sur le film.

Autant dire qu’il valait mieux avoir pris sa place en avance et arriver tôt pour pouvoir prendre sa place tranquillement dans le cinéma. Depuis le temps que les fans de Kaamelott attendaient la suite des aventures du roi Arthur et de sa bande de bras cassés, le public s’est rué sur les places mises en vente pour l’avant première du film. Tant et si bien que de nouvelles places ont dû être mises à disposition, le film battant dors et déjà un record pour un film français avec 60.000 places vendues pour l’avant première en moins de 24 heures. Au final, hier, les préventes montaient à plus de 200.000 spectateur pour le film d’Alexandre Astier.

Cet engouement pour le film s’explique de plusieurs manières. Déjà, Kaamelott possède une sérieuse fan base qui a dévoré les épisodes de la série encore et encore en attendant la suite des aventures d’Arthur Pendragon et de ses acolytes. D’autre part, le film a connu de nombreuses péripéties avant de pouvoir enfin être gravé sur la pellicule et même une fois prêt à sortir, la pandémie du Covid 19 a mis des battons dans les roues et créé plus d’impatience en repoussant d’une année supplémentaire l’attente des fans, menant la sortie du film à 12 ans après le dernier épisode de Kaamelott diffusé sur M6.

Mon avis sur Kaamelott premier volet

C’est avec une certaine impatience que je me suis présenté devant ma salle de cinéma hier soir. Muni de mon billet, j’étais fin prêt à (enfin) découvrir ce que le maître d’œuvre Alexandre Astier nous avait concocté.

Dans ce premier volet de la saga Kaamelott au cinéma (qui devra compter 3 films une fois qu’Alexandre Astier aura achevé son épopée Arthurienne), on débute l’histoire dans le royaume de Logres aux mains de Lancelot, devenu un tyran obnubilé par la traque d’Arthur et des chevaliers de la table ronde qui lui sont resté fidèle 10 ans après que le roi ait abandonné le royaume.

Cette trame de départ nous emmènera aux quatre coin du royaume à la découverte des différentes poches de résistance plus ou moins bien organisées (et d’ailleurs plutôt moins que plus) ainsi qu’à travers les terres et les océans à la traque d’Arthur. L’occasion pour Alexandre Astier de nous montrer de magnifiques images et d’y glisser des dialogues ciselés d’humour à la sauce Kaamelott.

Mais Kaamelott premier volet, ce n’est pas qu’une transposition de la série sur grand écran en format long métrage. Le film nous propose un caractère plus profond, empreint d’émotion dans la quête d’un homme désireux de ne rester qu’un anonyme sur les traces de son passé qui l’amènera irrémédiablement à redevenir roi du royaume de Logres.

J’ai pu lire certains avis, déçu de ne pas avoir assisté à 2 heures de blagues non-stop, des personnes qui s’attendaient à retrouver une simple transposition de la série au cinéma. Pourtant depuis le départ, Alexandre Astier avait annoncé que la saga Kaameloot au cinéma serait bien différente de la série et à mon sens, c’est une grande réussite.

Les flashback d’Arthur à l’époque où il suivait son entrainement militaire à Rome nous amène un peu plus à comprendre ce qui a construit le roi qu’il deviendra à l’époque de Kaamelott tout en nous entrainant dans d’autres types de paysages magnifiques.

affiche film kaamelott premier volet

Un bijou à voir et revoir

Au sortir de la salle, un seul constat se pose à moi : j’en veux encore !

J’ai hâte de voir la suite de cette saga qui présage de nouvelles aventures d’Arthur et de ses chevaliers sous un nouveau regard, le regard d’Arthur qui a indubitablement évolué à différents égards.

J’ai également hâte de revoir ce premier volet de la saga Kaamelott, pouvoir me délecter à nouveau des sublimes images du film, des blagues à savourer qui deviendront clairement de nouvelles répliques cultes dans la culture française et pouvoir détecter de nouvelles subtilités du film.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.